1.0     Pourquoi cette publication ? – Une introduction

Permettez-moi tout d'abord une remarque au sujet du nom de Mirra Alfassa : A partir de 1926 Mirra Alfassa fut surnommée par Sri Aurobindo « Mère », et dès lors, tous ceux qui suivaient son œuvre de près ont également commencé à l'appeler ainsi.

L'évolution de l'homme ne s'arrête pas à l'homme d'aujourd’hui. Sri Aurobindo et Mère avaient une vision consciente et approfondie de ce que serait le résultat du pas d'évolution suivant qui allait trouver son expression fondamentale dans une transformation du corps physique. La conscience effectuant cette transformation fut appelée par Sri Aurobindo la « conscience supramentale ».

Tandis que le but avait été distinctement reconnu, il y eut longtemps une incertitude complète pour ce qu'il en était des qualités et aptitudes devant être développées pour pouvoir entrer en contact avec la conscience supramentale. Tandis que Sri Aurobindo formait encore dans son dernier livre « Manifestation supramentale » (1948) la conjecture que la conscience mentale supérieure devait d'abord être formée et la nature psychique développée, avant qu'on ne puisse commencer avec le travail de transformation du corps physique, la recherche de Mère des années 1950 à 1973 (en particulier des années 1967 à 1970) montra clairement qu'il faut commencer par le corps. Mère le 17 juillet 1968 : « C'est justement cela, la transformation du corps! C'est que les cellules physiques deviennent non seulement conscientes, mais RÉCEPTIVES à la Force-Conscience vraie, c'est-à-dire qu'elles admettent le travail de cette Conscience Supérieure. C'est cela, le travail de transformation... Ce n'est pas facile! »

24 mai 1969 : « C'est la CERTITUDE absolue (Mère ferme ses deux poings) qu'il n'y a qu'UNE porte de sortie de tout cela, une SEULE—une seule, il n'y en a pas deux, il n'y a pas un choix, il n'y a pas plusieurs possibilités, il n'y en a qu'une : C'est... la Porte Suprême. La Merveille des Merveilles. Tout le reste... tout le reste, ce n'est pas possible. »  

30 octobre 1971 : « C'est cent fois plus merveilleux que nous ne pouvons l'imaginer. C'est la plasticité de la matière qu'il faut trouver—que la matière puisse toujours progresser. Voilà. »  

Ses expériences et découvertes relatives à ce sujet sont restées complètement cachées à tous les disciples jusqu’en 1973 – à l’exception de Satprem – et n’ont été peu à peu révélées que par la publication (par Satprem) de l’agenda en 13 tomes de Mère. C’est ainsi que fut également rendu public le fait que Mère avait développé un corps sur le plan subtil physique dont elle a dit qu’il représente une étape transitoire qui doit être uni au corps physique de l’homme avant que sa transformation véritable ne puisse avoir lieu. C’est la raison pour laquelle la présente publication se préoccupe de répondre à la question de savoir à quoi un travail pratique sur, avec et par le corps pourrait ressembler pour qu’on soit en mesure de prendre conscience de cette étape transitoire et fait des suggestions sur le chemin à suivre pour s’occuper en pratique, c’est-à-dire en s’exerçant, de la prise de conscience du corps physique.  

La question qui se pose ici est de savoir si les expériences des voies de yoga (et autres voies de nature spirituelle)

wpe2.jpg (1221 Byte) retour au sommaire

page suivanteforward.gif (1022 Byte)