3.2     La question du « comment » de l’unification du corps physique avec le corps subtil        
         
physique

Ça devait faire environ trois ans depuis que j'avais commencé à lire les œuvres de Sri Aurobindo et de Mère lorsque tombai sur un texte de Mère indiquant que bien que les résultats de la transformation supramentale - en général, comme celle se rapportant à son corps - lui avaient été montrés, le « comment » et les moyens avec lesquels ces processus de changement s'exécuterait lui étaient restés cependant entièrement cachés.

Puisque jusque-là j'avais eu l'impression que Mère « savait tout » ce qu'elle voulait savoir, j'étais extrêmement surpris de cette déclaration et une voix intuitive me dit: « Ici, il faut continuer à chercher - les hommes doivent le découvrir. » Depuis je m'efforce de m'approcher de la réponse à cette question. La présente publication est un résultat de ces efforts, et comme celle-ci le montre, Mère a été aussi bien capable de faire des découvertes fondamentales et importantes sur le « comment » que la souffle perceptible selon Ilse Middendorf le fut de trouver une méthode facilitant un travail pratique du sujet.

La plus importante découverte de Mère est le fait que qu'on doit commencer par le corps physique, et plus précisément à sa base, ledit "Mental du corps ou des cellules" - et cela, bien que Sri Aurobindo eût écrit que celui-ci n'est pas transformable. Voici ce que Mère dit à ce propos le 1er janvier 1969 : « La seule chose, chez lui, qui était un peu morbide, c'était ce mental physique, le mental du corps, que Sri Aurobindo considérait comme impossible à changer - il était très obstiné, mais tu vois, c'est lui qui a fait le travail, c'est le changement de ce mental. » » Le 12 juillet 1969 Mère fit encore une déclaration à ce propos :

« ... Oh, mais si c'est le mental physique… Parce que c'est le mental physique qui est en train de se développer (chez Mère) hors de toutes proportions imaginables, alors que Sri Aurobindo avait pensé, lui, que ce n'était pas possible; il avait dit : il vaut mieux s'en débarrasser, on ne pourra pas. Mais je me suis aperçue que c'était transformable, parce que le mental et le vital sont partis, alors il y avait un besoin de remplacer le mental dans le fonctionnement, et ce mental physique s'est développé d'une façon très extraordinaire. Il est devenu... (comment dire?) beaucoup plus conscient d'abord, beaucoup plus organisé et méthodique dans son travail. »

A cause de leur signification je répète ici les conditions énumérées dans l'introduction comme nécessaires pour le travail :

Le chemin consistant à aider la conscience supramentale à se réaliser  - d'abord à travers un corps formé par Mère sur un plan subtil physique - ne se passe qu'exclusivement (!) que dans le corps physique et par le travail avec et sur lui. Cette réalisation ne se fait pas par l'élévation ou guérison de quelque autre partie de l'homme, ni de son Mental Supérieur ni de sa nature intérieure et elle ne dépend pas non plus de quelque manière que ce soit du niveau de purification du mental et du vital extérieurs. Ce n'est que comme ça qu'un nombre important (et nécessaire) de personnes peuvent participer à ce travail – Pendant le travail pratique sur, avec et par le corps physique le rôle joué par la Souffle Perceptible selon Ilse Middendorf Joue un rôle très important.
 

wpe2.jpg (1221 Byte) retour au sommaire

page suivanteforward.gif (1022 Byte)