3.4    Le travail sur le corps physique – Récits de Mère sur ses
         expériences et découvertes des années 1950 à 1973

         (dans l’ordre chronologique)

Au début de ce chapitre, je voudrais attirer l’attention sur un avertissement sérieux de Mère de ne pas imiter sa vie ou ses comportements en croyant que tout ce qu'elle a fait ou vécu doit aussi toujours et fondamentalement correspond à ce dont ont a soi-même besoin, ou que les progrès devraient se manifester par des expériences semblables à celle que Mère a faites. Elle fit remarquer qu'elle disposait en tant qu'« Avatar » d'aptitudes facilitant des comportements que les hommes ne possèdent pas normalement et auxquelles ils devraient aspirer.

Avant de citer les récits de Mère concernant le travail sur le corps physique, voici une citation de Sri Aurobindo extraite de « Manifestation supramentale » (1948) :
 « Autrefois les chercheurs spirituels regardaient le corps plutôt comme un obstacle, quelque chose qu'on devait surmonter et rejeter, au lieu de le considérer comme un outil d'accomplissement spirituel et un champ de transformation spirituelle. On le condamnait en tant que matière grossière et charge insurmontable et son exiguïté en tant que quelque chose de non modifiable, qui rend la transformation impossible. Cela vient du fait que la force motrice du corps humain, même à ses points culminants, semble être une énergie vitale qui elle-même est limitée et qui dans ses plus petites activités physiques peut être diminuée par beaucoup de mesquinerie, grossièreté ou méchancetés; le corps lui-même est surmené par la paresse et l'ignorance de la matière, n'est que partiellement conscient, et bien
qu'accéléré et animé par une activité nerveuse, il reste malgré tout subconscient pour ce qui

est de la méthodede travail fondamentale des cellules et tissus dont ils se compose et de leurs déroulements secrets. »

Ci-après des citations de Mère (toutes extraites de son agenda) dans l'ordre chronologique :

21 avril 1954 : «  La conscience corporelle ne peut exactement savoir une chose que lorsque sa réalisation est imminente. Savoir signifie pour le corps pouvoir faire. »

Août 1954 :« La transformation de la conscience corporelle se produira d'abord. »

14 mai 1958 :« Il semble qu'on ne puisse vraiment comprendre que lorsqu'on comprend avec le corps. Dans cette nouvelle substance qui se répand il y a une chaleur, une force et une joie tellement intenses que toute l'activité intellectuelle paraît froide et sèche à côté. »

4 juin 1958 :« Avec l'air que vous respirez, vous absorbez cette nouvelle substance supramentale qui se répand dans toute l'atmosphère terrestre et elle prépare en vous des choses qui se manifesterons soudainement dès que vous aurez fait le pas décisif. » 

11 décembre 1958 :«  La conscience précède la forme selon le niveau de connaissance spirituel et occulte : la conscience engendre ses formes en se concentrant. »

retour au sommaire

page suivanteforward.gif (1022 Byte)