3.4.1   Les aptitudes et qualités dont le corps a besoin
        
- Aptitude de perception, perméabilité, aptitude de recueille-      
           ment ainsi qu’aptitude de dévouement et faculté d’attention

De toutes les fonctions dont on a besoin pour pouvoir mieux percevoir et transformer son corps, c'est l'aptitude de perception qui est la plus importante. D'après les expériences de Mère on peut tellement l'affiner et la développer qu'une prise de contact avec le plan subtil physique à travers les extrémités nerveuses les plus fines devienne chose facile.

La perméabilité du corps et des cellules ainsi que l'aptitude de recueillement constituent les éléments nécessaires qui d'une part permettent même d'abord de percevoir quelque chose et qui d'autre part se développent eux-mêmes, si on travaille l'aptitude de perception. Ce sont donc des éléments qui se conditionnent et se favorisent réciproquement. Cela vaut également pour l'aptitude de dévouement et la faculté d’attention.  

Parallèlement aux aptitudes et aux qualités citées ci-dessus d'autres aptitudes et qualités ayant des répercussions directes aussi bien sur le corps physique que sur ego et la nature psychique ainsi que la nature intérieure se développent. Ce sont entre autres : présence, aptitude de distinction, sincérité, plasticité, aptitude de transformation et faculté d'assimilation.

Les citations suivantes prouvent l'importance de ces éléments pendant le travail sur et avec le corps ou de la conscience corporelle.  

1958 Mère :« On peut même dire qu'une sorte de sensation fine,  subtile, claire, lumineuse, nette et profonde t'ouvre la porte 

beaucoup plus grandement que les explications les plus subtiles. Et si nous poussons l'expérience un peu plus loin, lorsque tu parviens au travail de transformation du corps, lorsque quelques cellules du corps qui sont plus prêtes que d'autres, plus affinées et plus subtiles et plus plastiques, lorsqu'elles commencent concrètement à sentir la présence de la Grâce Divine, de la Volonté Divine, de la Force Divine ainsi que de la science qui n'est pas intellectuelle, mais une science par l'identité, lorsque toi-même tu ressens cela dans les cellules de ton corps, alors l'expérience est semble-t-il si approfondie, si irrésistible, si vivante, concrète, réelle que tout le reste ressemble à un rêve vide de sens. »

4 décembre 1968 : « Mais le corps ne se trompe pas, il sait ce que c'est. Il sait ce que c'est. Et il sait une chose : que c'est seulement qu’il (et parce qu’il) peut être absolument paisible - paisible comme quelque chose de complètement transparent et immobile -, que ce Pouvoir peut agir. Et il le sait. Il sait que la seule chose qu’on lui demande, c'est cette immobilité totale, transparente. »

17 juillet 1968 :« C'est justement cela, la transformation du corps ! c'est que les cellules physiques deviennent non seulement conscientes, mais RÉCEPTIVES à la Force-Conscience vraie, c'est-à-dire qu'elles admettent le travail de cette Conscience Supérieure. C'est cela, le travail de transformation... Ce n'est pas facile ! »  
 

wpe2.jpg (1221 Byte) retour au sommaire

page suivanteforward.gif (1022 Byte)